Presse/Web

Interviews

Crypt’O Goths 11

Interview et présentation du roman

Autres interviews

– Chez Obcurantis en Septembre 2007
– Chez Fantastinet en Novembre 2007
– Chez Sci-fi en Novembre 2007
– Pour le webzine des Romantiques en Novembre 2009
– Pour le webzine du Royaume des Fées en Décembre 2009
– Pour le webzine de Vampires et Sorcières en Février 2010
– Pour le site Vampirisme le blog en Mars 2010

– Pour le blog de Bookaulau en Aout 2011

– Pour le site Le fantastique au féminin en mai 2012

– Pour le webzine Fan2Fantasy en octobre 2012

– Pour le site Un peu de lecture en juillet 2013

 

Présentation d’auteur:

– Dans le hors-série de BiblioSF de décembre 2010

 

Critiques presse

Alapage

Tout au long de ce roman qui nous plonge dans une atmosphère sombre et étouffante, apparaît une galerie de personnages hauts en couleurs, énigmatiques ou attachants. Un premier roman subtil, une enquête policière rondement menée sous la brume et la pluie…

Nuit d’Avril

Le Manoir des Immortels est un polar vampirique qui plongera le lecteur dans l’ambiance fétide du Londres du XIXe siècle. Avec ses personnages bien campés, il se rapproche d’ouvrages tels Entretien avec un Vampire d’Anne Rice, Whitechapel de Laure Odène ou La Crypte du Pendu d’Erwan Blackmore. Ce premier roman possède des qualités qui permettront sans doute à l’auteur de suivre une trajectoire identique à celle de Virginia Schilli.

Obscurantis

Un roman efficace au style soigné et à l’intrigue habillement menée, habité par une galerie de personnages attachants et hauts en couleur. Un premier roman publié qui est aussi une très jolie réussite.

Fantastinet

Nous voici replongés du temps de Jack L’Eventreur avec une nouvelle vision de cette sombre époque. Finalement, une lutte de pouvoir s’engage contre Rodrigue qui doit réussir à maintenir sa suprématie et trouver le coupable probable de ces attaques ciblées sur les femmes de petites vertus de la capitale anglaise. Nous retrouvons, comme il est d’ailleurs de plus en plus fréquent, des vampires « humains » qui sont en fait obligés de se nourrir de sang mais qui le font globalement sans tuer leurs victimes.J’ai bien aimé la façon dont Ambre a fait évoluer l’histoire, la rendant moins linéaire que le laissait présager le début ; il est notamment intéressant de voir l’évolution de la petite communauté de vampires.
… Et la fin laisserait bien présager une suite ? A confirmer

Magazine Khimaira

Le premier roman d’Ambre Dubois utilise des mythes connus et des faits réels restés célèbres pour créer une histoire simple mais prenante, fascinante et bien composée. L’écriture, encore un peu maladroite, sait néanmoins toucher le lecteur et révèle une plume prometteuse capable d’émotions comme d’humour. La narration à la première personne du singulier, par Stella elle-même, nous fait rentrer dans le quotidien de cette vampire qui n’est ni une héroïne, ni une passionaria mais qui doute, qui a des faiblesses, des hésitations et des émotions.Un livre agréable, donc, qui permet de passer un bon moment et nous fait découvrir une jeune auteure à suivre…

SFuniverse

J’ai été complètement charmé par le Manoir des Immortels, premier roman d’Ambre Dubois. Premièrement, car je suis une fan d’histoires de vampires et deuxièmement j’ai beaucoup apprécié le ton spontané employé par l’auteur qui se veut totalement rafraîchissant. Ambre Dubois a une petite touche de « je ne sais quoi » qui n’alourdit aucunement les différentes intrigues composant son roman mais plutôt les exposent de manière fluide et dynamique. Je vous conseille de découvrir cette séduisante histoire de vampires dont la paix est quelque peu troublée par les effroyables agissements de l’un des plus terrifiants des serials killers du 19 siècle, Jack L’Eventreur.

Les chroniques de l’imaginaire

Le manoir des immortels est le premier roman d’Ambre Dubois, né du hasard d’un déménagement dans lequel elle a retrouvé ses vieux cahiers d’ado dans lesquels elle avait commencé l’esquisse de ces histoires de vampires. Après avoir retravaillé ses textes elle a su créer des personnages attachants et su se détacher du coté historique sur lequel elle s’appuie. Bien sûr on sent le manque de maturité dans l’écriture, surtout dans les dialogues qui peuvent paraitre un peu enfantin mais qui font tout de même tout le charme de son héroïne Stella, qui joue à merveille de la naïveté pour confondre notamment l’étrange médecin de famille.
Un roman qui se laisse dévorer sans pour autant nous couper l’appétit car la fin laisse présager une suite. Suite qui serait, si elle prend vie, un vrai bonheur car beaucoup de lecteur seront comme moi et voudront en savoir plus sur Stella mais aussi sur le mystérieux Drake.

The place to be

Comment modifier le mythe ancestral du vampire ? En plaçant l’action de l’histoire une dizaine d’années avant la publication du Dracula de Bram Stocker (1897). Bon sang, mais c’est bien sûr !!! Voilà, l’idée. Emprunte de la naïveté propre au débutant, la romancière décrit la traque non-officielle du premier tueur en série de l’histoire contemporaine. Le fait qu’on ne l’ai pas retrouvé s’explique, même si les raisons, pourtant fictives, de ce charmant monsieur restent obscures. La trame, très originale et fort brillante, est un joyeux mélange d’un peu de tout. On prend de la réalité historique de la capitale Britannique sous l’ère victorienne, des sous-entendus imaginaires comme les expériences du Dr Frankenstein et le mythe du vampire. On se perd donc un peu dans les rues méandriques de Whitechapel. La rédaction donne tout de même un très bon point à la jeune femme qui a eu l’excellente idée de mettre sur papier un talent indéniable et une imagination sans borne.

Psychovision

Premier Roman de la jeune Ambre Dubois, la Manoir des Immortels est un roman résolument prometteur et fort agréable à lire. Malgré un début très classique qui laisse présumer un énième roman vampirique de plus sans grande originalité, force est de constater que l’auteur parvient à nous surprendre et à nous entraîner presque malgré nous dans son intrigue. Sans pour autant être très original, le manoir des Immortels se lit facilement et l’on s’attache aux personnages. L’évocation du Londres de Jack L’Eventreur est bien rendue et les pages filent sans qu’on s’en rende vraiment compte. Certes, certains personnages manquent encore d’épaisseur et la jeunesse de plume de l’auteur est encore tangible au niveau de la construction de son histoire et des dialogues, mais il faut bien reconnaître que pour un premier essai, c’est plutôt réussi ! Magie, aventure, meurtres sanglants et canines acérées luisant au détour d’un ruelles sombre sont à l’honneur et l’on prend grand plaisir à suivre les tourments de Stella dans cette quête de vérité.

Vampirisme.com:le blog

Ambre Dubois propose un roman populaire de belle facture, porté par une écriture stylée, claire et efficace qui ne ménage que peu de temps morts. Elle se paie le luxe de quelques petits clins d’oeils à l’œuvre de Stoker, mais cela ne gâche en rien la lecture car on est quand même très loin de la fiction de fan. En ce qui concerne les caractéristiques vampiriques de cet ouvrage, l’auteur décrit une société vampirique pour le moins hiérarchisée, centrée dans chaque ville autour d’un prince local qui lui-même doit répondre à des instances supérieures. Les vampires apparaissent bien évidemment ici comme de créatures de la nuit, avide de sang, mais toutes n’ont pas les mêmes pouvoirs (notamment en ce qui concerne la régénération). Par ailleurs, Ambre Dubois introduit dans son univers la sorcellerie, son héroïne pratiquant les arts sombres. . Sorcellerie, vampirisme, hypnose, médecine et enquête policière, ce premier roman de l’auteur se lit très agréablement. Moults rebondissements bien orchestrés accompagnent le lecteur d’un bout à l’autre de l’ouvrage. Un bel exemple de littérature populaire comme on aimerait en lire plus souvent.

L’instant Poétique

Cet ouvrage ne se lit pas, il se dévore. L’écriture d’Ambre Dubois y est fluide, agréable et ses personnages, même les moins sympathiques, sont tellement attachants qu’on les suit avec plaisir jusqu’au bout de la nuit. Avoir revisité l’histoire de Jack l’éventreur est une idée originale. Je regrette seulement de n’avoir pas toujours suivi l’auteur où elle voulait m’emmener, ce qui a eu pour conséquence que je connaissais le dénouement de l’histoire avant même de le lire. Il n’en reste pas moins que « Le manoir des immortels » est un excellent premier livre. L’illustration d’Anne-Claire Payet est superbe. Dommage que les couleurs de la couverture ne soient pas aussi vives que celles du marque-page.

If is Dead:

Ce premier tome de la série Les Soupirs de Londres est un excellent livre. L’atmosphère, tout d’abord est très bien retranscrite. Les ruelles sombres de Londres, un peu crades aussi, le faste des demeures victoriennes , la lourdeur des jupes, tout est là pour vous emmener dans cette ère tourmentée qu’est l’ère victorienne.

Mythologica: Avec un style littéraire très fleuri et particulièrement agréable à lire, Ambre Dubois nous invite à un voyage au milieu d’un Londres victorien sous l’égide de la peur du tueur de White Chapel. Rares sont les romans fantastiques parvenant à créer une telle ambiance, à développer avec autant de facilité une histoire sombre, et pourtant cette jeune auteure parvient parfaitement à offrir cela à ses lecteurs…

Le fantastique au féminin:Dès les premières lignes on se laisse prendre au piège de ce récit envoûtant qui nous tient en haleine du début à la fin. Un premier essai très prometteur !

Sueurs froides:
Le charme agit une nouvelle fois par la grâce d’une plume constamment élégante et pleine d’humour, avec un sens du dialogue qui anime des personnages très vivants. A commencer par l’héroïne, bien loin d’une bonne part des stars de la BIT-LIT anglo-saxonne, trop souvent vulgaires et horripilantes.